jeudi 31 décembre 2009

The M Award Catégorie livres

8 commentaires
Voici venu le temps de faire le bilan des lectures de cette année 2009. J'ai donc décidé de décerner un prix aux livres qui m'ont le plus touchés, captivés ...

Avec pas loin de 71 livres et plus de 29 000 pages lus, cette année a été bien remplie. Malgré quelques périodes de creux, mon rythme a été de 3 à 5 livres par mois, voir plus pour les très bons mois (Septembre gagnant avec 12 livres lus).

Mais passons aux choses sérieuses :





Catégorie du livre ayant le plus de mordant tous crocs confondus : 


Catégorie du livre m'ayant fait verser ma petite larme 




Catégorie du livre ayant ravivé l'envie de magie




Catégorie du Livre ayant un goût de trop peu



Catégorie Coup de Coeur Magique




Catégorie Coup de Coeur qui fait réfléchir



Catégorie Coup de Coeur Jeunesse 





Catégorie du livre dont je me serais bien passé cette année 




Catégorie Saga dont je ne louperai aucunes sorties




Je me souhaites d'aussi bonnes lectures pour l'année 2010, notamment grâce au Challenge Livradditct et au Forum du même nom, toujours riche en découverte.

Mon objectif cette année sera de lire plus qu'en 2009, je me demande chaque fois si c'est possible.

lundi 28 décembre 2009

La fabuleuse histoire des lunes de Pandor, tome 1 : Abracadgadascar de Ménéas Marphil

4 commentaires
Épiphane, jeune orphelin de 15 ans, vit sur l'îlot Nat, au milieu de l'océan Indien. Il a été recueilli par mère Pélagie et sœur Bertille, les deux intendantes de l'orphelinat. Il y mène une vie tranquille, jusqu’au jour où il décide de retrouver son père qu'il sent vivant quelque part.
Bravant l’interdit de mère Pélagie, il fuit d’abord sur l’île voisine dans l'espoir de rejoindre son parrain, Don Mercurio Da Vita. Mais au fil des rencontres, il se découvre les pouvoirs d’un futur grand magicien et embarque avec ses amis pour Elatha, sur l’île fabuleuse d’Abracadagascar.
Elatha est le plus grand centre de magie ancestrale au monde, celle des origines du pouvoir. Epiphane y découvre un univers prodigieux dans une nature luxuriante et nourricière, où arbre immense doté d’une vie propre abrite l’école de magie. Et comme le célèbre Harry Potter dans son école de Poudlard, il y entame son initiation…

 Voilà un livre qui a le superbe défaut d'être addictif. Il comporte tous les éléments que j'aime dans un livre jeunesse : magie, décors superbes, amitiés naissantes, découvertes des forces du mal qu'il faudra vaincre, jeune héros attachant ...

Les descriptions des lieux sont superbes et il n'en ai que plus facile de s'imaginer aux côtés des personnages. Je me suis plusieurs fois demandée si l'auteur s'était inspiré de lieux réels ou bien si l'Ilot Nat, Albaran ou bien Abracadagascar sont issus de l'imagination des plus fertiles de Ménéas Marphil. En tout cas ces décors majestueux ne font que renforcer la force de ce livre.

L'autre force de se livre est l'univers magique des plus convaincant que l'on retrouve ici. Tout comme dans Harry Potter ou Tara Duncan, les moindres détails ont été pensés et donne une impression de réalité à la magie. Tout comme Epiphane, héros du livre, nous découvrons le monde magique. Que dire du Comptoir de la Guilde si ce n'est qu'il recèle des trésors merveilleux tel le chemin de traverse. Que penser de l'arbre immense qui abrite l'école de magie, aussi fabuleux et à vous couper le souffle que le palais d'Autremonde. Les forces du Mal occupe d'ailleurs sont jumeau, un arbre géant fossilisé du nom d'Yggdrasil.

Dans ce premier tome, on effleure seulement l'histoire d'Epiphane et du pronaos Filus Aquarti. Il est clair que les destins de ces jeunes gens seront étroitement liés et que des découvertes extraordinaires et des combats terrifiants sont à venir dans les deux tomes suivants (Le Sceau de Cyané et Les Secrets de Gaïa). Chaque personnage du livre, même si l'on pense qu'il n'est que secondaire trouve vite sa place dans l'aventure et sera surement utile à la suite des aventures d'Epiphane.

J'ai adoré trouver dans ce livre toutes les références mythologiques, les allusions à d'autres oeuvres de fiction et à des personnages légendaire. Pour moi ce livre est un concentré de Harry Potter, Tara Duncan et de l'Alchimiste (où l'on retrouve les Flamel et L'arbre géant, Yggrasil ainsi que plusieurs réfèrences mythologiques), trois livres aux univers incroyable, ce qui en fait mon gros coup de coeur de l'année.

En conclusion, je peux d'or et déjà vous avouez que j'ai lu ce premier tome en 5h et que j'ai déjà entamé le suivant qui subira sans aucun doute le même sort. Une lecture à recommander.

Je tiens à remercier les Editions Au Diable Vauvert et Livraddict, qui ont fait que cette belle découverte fut possible.

L'avis de Heclea. et de Fée Bourbonnaise

samedi 19 décembre 2009

Les Mille et Une Vie de Billy Milligan de Daniel Keyes

6 commentaires

Quand la police de l'Ohio arrête l'auteur présumé de trois, voire quatre, viols de jeunes femmes, elle pense que l'affaire est entendue : les victimes reconnaissent formellement le coupable, et celui-ci possède chez lui la totalité de ce qui leur a été volé. Pourtant, ce dernier nie farouchement. Son étrange comportement amène ses avocats commis d'office à demander une expertise psychiatrique. Et c'est ainsi que tout commence... On découvre que William Stanley Milligan possède ce que l'on appelle une personnalité multiple, une affection psychologique très rare. Il est tour à tour Arthur, un Londonien raffiné, cultivé, plutôt méprisant, Ragen, un Yougoslave brutal d'une force prodigieuse, expert en armes à feu, et bien d'autres. En tout, vingt-quatre personnalités d'âge, de caractère, et même de sexe différents ! 
Mes sentiments à la lecture furent nombreux. D'abord la curiosité face à ce début d'histoire des plus "banales" qui ne laisse en rien présager la suite. Comment l'agression de plusieurs femmes a pu entraîner l'écriture d'un ouvrage sur le coupable ? Car ce n'est malheureusement pas un fait exceptionnel. 
 
Ce livre, qu'on aurait pu penser être un enième thriller, est en fait l'exact récit de la vie de Billy Milligan, jeune homme aux personnalités multiples. C'est là qu'intervient mon deuxième sentiment. J'étais septique. C'est un syndrôme des plus méconnus et n'y connaissant pas grand chose aux maladies mentales, je me demandais, au début de ma lecture, si cela pouvait vraiment être réel ou bien n'était ce qu'une manière pour Billy de passer à travers la justice en simulant.

Mais bien vite, je fus touché par ce personnage. Sa détresse est réelle, il ne comprends pas plus que nous ce qui lui arrive, ce mal qui le touche. Tout le long du livre, on nous livre des épisodes de ce que fut sa vie, les périodes d'embrouilles où les personnages se succédent, chacun étant destiné à entrer dans le projecteur (prendre le contrôle de la conscience) lorsque ces compétences sont nécessaires. Car c'est cela qui est incroyable. Chaque personnalité tiens un rôle défini, comme Ragen qui est le gardien de la haine et qui prends conscience dés qu'un danger menace ou Danny gardien de la douleur, qui supporte du haut de ses 14 ans, le mal que les autres ne sont pas capable d'assumer. Et chacune des 24 personnalités à son rôle. 

L'incrédulité pris place ensuite. Je n'en suis toujours pas revenu d'ailleurs. Face à l'absurdité des différentes décisions de justice, qui empêchait Billy d'être traité dans les meilleurs conditions. Tout ça pour des histoires politiques, des campagnes de presses qui ont démolis l'image de Billy auprès de la population.

J'ai terminé ce livre avec la curiosité. Je ne peux m'empêcher de penser à Billy qui avait réussi à fusionner ces personnalités pour ne plus faire qu'un, qui finit dans ce livre par être encore plus dissociés qu'il ne l'avait été. On sent son manque d'envie de se battre à la fin, face à une justice qui reste sourde. J'ai donc très envie de lire "Les Mille et Une guerre de Billy Milligan" pour enfin savoir si quelqu'un aura entendu ses appels et si Billy aura réussi à n'être qu'un.

Ce récit se lit d'une traite ou quasi, les quelques 600 pages défilent sans vous laisser le temps de remarquer les heures passer. L'auteur a fait là un travail remarquable de recherche et de classement, pour avoir relater l'histoire de Billy Milligan de manière aussi précise. S'appuyant sur le témoigne d'une soixantaine de personne, sur les entretiens qu'il eu avec Billy, Daniel Keyes réalise là un docu-fiction des plus passionnant. 
  
Je remercie Le Livre de Poche pour avoir permis à quelques membres privilégiés de Livraddict, de pouvoir découvrir ce livre incroyablement vrai.

Les avis de Heclea et Neph

mercredi 16 décembre 2009

La communauté du Sud, tome 5 : La morsure de la panthère

2 commentaires
Attention risque de Spoiler (même si j'essaie de ne pas en faire)

 Une nouvelle aventure pour Sookie qui, avouons le, n'a vraiment pas de chance. Les problèmes lui tombent dessus plus vite qu'ils ne se résouent, les blessures aussi.

J'ai trouvé ce tome un peu plus "mature" que les précedents. Peut être parce que l'on y parle moins de sexe, ce qui finit pas lasser je trouve, ou bien parce que Sookie doit faire face à des soucis plus sérieux. Sookie est toujours partager entre plusieurs hommes, j'ai toujours du mal à comprendre comment elle peut passer de l'un à l'autre et ce serait bien qu'elle fasse enfin un choix, mais on sent qu'elle fait des efforts pour mettre ses "pulsions" de côté afin de résoudre les énigmes de ce tome.

J'ai bien aimé la manière dont Eric lui tourne toujours autour, se doutant qu'il s'est passé quelque chose lors de son amnésie (tome 4) mais ne réussissant pas à savoir quoi. Par contre, le "retour" de Bill dans sa vie ne m'a fait ni chaud ni froid, je vois pas du tout ce qu'elle lui trouve en fait.

Il y a foule de personnages dans ce tome, entre les changeling, les vampires, les fées et les humains. Il y a plusieurs histoires en parallèle, et cela casse un peu la monotonie. Je reprocherais cependant à ce tome un manque d'action, il y en a mais clairsemé au fil de l'ouvrage et cela m'a manqué.

En conclusion, un bon petit moment de lecture parmi les vampires et autres cess qui sera renouvelé bien vite je l'espère.


"Moi, Sookie, 26 ans, je suis toujours serveuse Chez Merlotte et, à mon grand désespoir, à nouveau célibataire. Non contente d'être au prise avec des mutants - dont mon frère Jason ! -, me voilà confrontée à un tueur de mutants ! Et j'ai jusqu'à la prochaine plein lune pour trouver le vrai coupable ..."

samedi 12 décembre 2009

Christmas Carol de Charles Dickens

3 commentaires

Le soir de Noël, un vieil homme égoïste et solitaire choisit de passer la soirée seul. Mais les esprits de Noël en ont décidé autrement. L'entraînant tour à tour dans son passé, son présent et son futur, les trois spectres lui montrent ce que sera son avenir s'il persiste à ignorer que le bonheur existe, même dans le quotidien le plus ordinaire.




Un petit conte de Noël de saison, comme j'en lis tous les ans à cette période. Ici la lecture faisait aussi l'objet d'une lecture commune sur Livraddict dans le cadre du Book Club.

J'ai été à deux doigts d'abandonné ma lecture après en avoir lu la moitié. Je n'adhérais pas du tout, je n'étais pas dans l'histoire. Cela m'ennuyais rien que de me dire qu'il me fallait le lire.

Mais n'ayant pas l'habitude d'abandonner mes lectures, j'ai persévéré. Il m'est alors apparu que j'aurais dû lire le conte d'une traite et non pas par morceau car toute la magie du conte se révèle au fur et à mesure.

Le style de l'auteur reste cependant difficile d'accès car évidemment d'un autre temps, mais passé ce détail la lecture de se fait de manière fluide et agréable (cela ne m'est apparu qu'a la deuxième moitiè du livre). J'ai également apprécié l'implication du lecteur dans le conte, lorsque le narrateur s'adresse directement à lui.

Je n'ai que peu adhéré à la manière dont Scrooge retourne sa veste, trop rapidement à mon goût (mais indispensable au vu de la longueur d'un conte) mais j'ai trouvé très judicieux la manière dont cela c'est passé. L'intervention des esprits de Noël passé, présent et à venir, lui font prendre conscience de ce qu'il a été, de ce qu'il est devenu et de ce qu'il deviendra s'il ne change en rien son comportement. Une bonne leçon de morale.

Un coup de coeur spécial pour la famille de Bob Cratchit qui nous rappelle qu'à Noël, le principal n'est pas l'opulence du repas mais bien le plaisir de passer un moment agréable réuni en famille. Ce que l'on devrait tous avoir en tête à l'approche des fêtes.

samedi 5 décembre 2009

Bleu cauchemar de Laurie Faria Stolarz

7 commentaires

Ce n'est pas la plus belle fille du lycée. Ni la plus populaire. Pourtant, elle est unique : elle a le don de prémonition. Ca commence avec des rêves. Il y a des lys blancs, la fleur des ténèbres. Quelqu'un la traque dans les bois. Elle ignore qui et ne sait pas comment lui échapper. Puis c'est le matin. La vie de Lucy reprend son cours normal. Et ça recommence. Toutes les nuits. Mais ce n'est que le début. Car elle sait que bientôt, très bientôt ses cauchemars vont devenir réels.



C'est la couverture qui m'a tout d'abord attirée vers ce livre, mystérieuse et sombre. Et puis à la lecture de la quatrième de couverture, plus aucun doute, il fallait que je lise ce livre !

Première impression, c'est un livre clairement destiné aux ados. On se perd un peu dans les détails futiles et inutiles de la vie de Lucy, Drea et Amber, adolescentes et camarades d'internat.

Mais si l'on met de côté cela, l'histoire est très prenante. Une petite bande d'ados, obnubilées par les garçons, en prise avec un détraqué qui les menacent et qui leur fait peur. Lucy, qui pratique la magie blanche et qui mets tout en oeuvre pour découvrir qui est ce personnage. Le point important de l'histoire ce sont les cauchemars de Lucy, qui sont en faite des prémonitions, une vision du futur. Si Lucy parvient à les interpréter correctement, alors elle pourra sauver son amie Drea qui est en danger.

J'ai fini par m'attacher à Lucy, je suis intriguée par ses pouvoirs qui lui viennent apparemment de sa grand-mère. On n''en sait pas beaucoup plus sur sa vie et ses origines, ni comment elle a découvert ses capacités. J'espère que ce sont des détails qui figurent dans le tome 2 ( Blanc Fantôme) car j'ai bien l'intention de le lire.

C'est un livre qui se lit facilement et rapidement, le style n'est pas très recherché mais je vous avouerais qu'après avoir lu Le Parlement des Fées, c'est tout à fait ce qu'il me fallait.

mercredi 2 décembre 2009

Le parlement des fées, tome 2 : L'Art de la mémoire de John Crowley

2 commentaires

 Smocky a vieilli mais l'étrange maison d'Edgewood n'a pas changé. Son fils Auberon a choisi d'aller rejoindre sa belle à la Cité froide et moderne.
De curieux événements troublent le pays des fées : une disparition mystérieuse, l'apparition d'un planétarium résolument immobile, le réveil d'une majesté déchue à la barbe rouge. Il va falloir se réunir pour éviter le pire ...




C'est un conte. Voilà ce qui est important de se remémorer tout le long du livre. C'est un Conte qui se déroule sous nos yeux et chaque partie nous est dévoilée petit à petit.

Les désordres chronologiques m'ont un peu moins perturbée que le premier tome. Il faut dire qu'il y en a moins, ou tout du moins, qu'ils ne sautent pas autant d'années. L'auteur a laissé derrière lui les phrases complexes, mais elles sont toujours aussi longue ce qui m'a valu de me perdre plus d'une fois.

Le début est un rappel d'un événement passé, qui se révélera par la suite important pour l'histoire et pour le bon déroulement du Conte. Sans lui, le Conte ne pourrait continuer. La suite nous ramène avec Auberon à Edgewood pour une courte visite, visite qui va le pousser à retourner dans la Cité et à prendre son Destin en main. Nous serons ensuite transporté de la Cité à Edgewood tout le long du livre.

Le rythme de ce tome m'a paru plus soutenu et plus prenant. Les passages défilent et j'ai enfin eu cette envie d'en savoir toujours plus. Un à un, les mystères se dévoilent, certains personnages ( secondaire dans le premier tome ) prennent de l'importance, la magie du tome 1 est tout aussi présente, et la lumière se fait sur le Conte.

La fin, soit ce qui correspond au dernier livre, m'a paru intense, rapide et incroyablement riche. Dans le sens où beaucoup de questions y trouvent une réponse, où certains personnages refont surface mais aussi que de nouvelles interrogations se forment. On a pas tout à fait l'impression d'arriver à la fin du Conte. Certaines choses sont restées totalement hermétiques à ma compréhension, malgré mes efforts intenses.

Je ne regrette pourtant absolument pas d'avoir fait cette lecture, qui m'aura accaparé quasiment mon temps de lecture journalier. Une belle découverte qui mériterait, je pense, une seconde lecture dans quelques années. Certaines subtilités ayant pu m'échapper.

Je remercie une nouvelle fois les Editions Points qui ont eu la gentillesse de nous faire parvenir les 2 tomes lors de ce partenariat ainsi que le Forum Livraddict qui n'a de cesse d'organiser de plus en plus de partenariats formidable !